Tu sais que tu es un prof-blogueur quand...

En discutant avec Ayleen (au fait si vous ne connaissez pas encore son blog "la Tanière de Kyban", foncez !), j'ai réalisé à quel point nous partagions des bizarreries d'addicts au blogging mais aussi à quel point l'idée qu'un enseignant puisse AUSSI vouloir bloguer est parfois source de malentendus dans notre entourage et sur les réseaux.

C'est d'ailleurs une des raisons pour lesquelles je n'ai jamais cherché à partager avec mes collègues "de dans la vraie vie" ce pan là de ma vie. 
Difficile, parfois, d'expliquer la démarche qui peut amener à éprouver l'envie de bloguer ce qui touche à sa vie professionnelle... 

TU SAIS QUE TU ES UN PROF-BLOGUEUR QUAND...



...Tu t'es déjà pris une remarque sans aménité d'un lecteur pour une coquille ou une erreur d'orthographe passée inaperçue dans un article de plusieurs pages.


Donner des conseils aux futurs bébéprofs ?

...Ces derniers temps, je reçois souvent des messages de lecteurs du blog admis au CRPE et se préparant à leur année de stage à partir de septembre prochain, me demandant du coup des conseils dans cette perspective.

Pour commencer, disons les choses sans ambage : je n'ai aucun conseil à leur donner car je suis loin, mais alors crès crès loin, d'être un modèle pour quiconque. En revanche, c'est bien volontiers que je vous propose de partager ici les principales erreurs que j'ai commises cette année, en souhaitant que d'autres ne commettent pas les mêmes.

Comme vous allez le voir : certaines erreurs en ont entrainé ou empiré d'autre frôlant parfois le cercle vicieux. Mon seul conseil en réalité sera donc d'être bienveillant envers vous-mêmes car personne ne le sera pour vous, c'est ce que j'ai appris - parfois dans la douleur et le stress - cette année.

Pour le reste, voici :

10 ERREURS QUE J'AI COMMISES PENDANT MON ANNEE DE STAGE

(et que je déconseille de reproduire à quiconque ne serait pas mon pire ennemi)


Résultat de recherche d'images pour "erreur"

...Et maintenant ?

 disney cartoons & comics alice in wonderland GIF


Lorsque j'ai commencé à écrire ce blog je ne savais pas jusqu'où ça m'emmènerait : je me suis lancée sans rien connaitre de ce monde, sans savoir comment procéder ni même ce que je voulais en faire exactement.

Mais aujourd'hui force est de constater que je suis devenue blogueuse jusqu'au bout des touches de mes claviers d'ordinateur et de mes pupilles régulièrement sursollicitées par les écrans, que cela fait partie de ma vie.

Ce n'est pas une fierté d'ailleurs, pas un motif de me pavaner ni rien de tout ça, plutôt un état de fait, une évidence nouvelle pour moi : j'aime écrire certes, mais surtout j'aime regarder mon quotidien avec l'idée que l'improbable, le surprenant, l'émouvant ou l'amusant peuvent se révéler à chaque seconde, qu'il suffit de garder l'oeil ouvert et alerte sur les détails qui font tout le sel de la vie.

Or, avoir compagnonné avec ce blog pendant un an m'a aidé à en prendre conscience et à vivre pleinement cette année de stage et cette entrée dans un métier représentant beaucoup pour moi. 

Et maintenant ?



 disney alice alice in wonderland not my disney blog GIF

Et maintenant...

Maintenant, il est temps de tourner la page de ce blog en même temps que celle de cette année de stage et que la normalité reprenne un peu droit de cité dans ma vie et dans celle de mon entourage.

La décision a été à la fois douloureuse (c'est quand même idiot ce qu'on peut mettre d'affect dans un blog et dans les partages associés !) et au fond évidente à prendre.

J'aime l'idée de savoir que derrière les 85 articles publiés sur le blog, il y a aussi 104 autres ébauches d'articles qui resteront à l'état de brouillon et jamais finis ni publiés. J'aime l'idée que pour une fois je peux ne pas chercher à achever quelque chose mais au contraire savourer le plaisir de l'inachevé : parce que foncièrement cette "imperfection" est salutaire.
En effet, l'idée n'est pas d'atermoyer sur mes doutes zexistentiels ni d'épuiser les stocks de gifs disponibles sur le net (même s'il y a de la marge !), ce blog a sans doute suffisamment raconté pourquoi j'aimais ce métier autant que les raisons qui m'amenaient à vouloir prendre du recul parfois. Il a joué à plein son rôle cathartique cette année.

Maintenant j'ai besoin d'enraciner mon apprentissage du métier par le terrain, par mes futurs zapprenants... mais tout autant besoin de retrouver une vie en dehors de mon métier : de reprendre une activité sportive, de consacrer davantage de temps à mes proches et même - luxe suprême ! - de leur parler (des fois) d'autre chose que de ma classe...
Bref apprendre à être "enseignante mais pas que". Et putain de bordel de merde c'est pas rien ça encore comme défi :-)

J'aime aussi l'idée que je puisse continuer à écrire ailleurs (sans doute dans le Petit Journal des Profs par exemple), que je garde contact avec certaines personnes croisées grâce à lui mais aussi des souvenirs, des mails, des commentaires...

J'aime enfin savoir que ce blog va continuer sa vie sans moi, qu'il s'affranchit ainsi de ma façon de m'exprimer et de ma subjectivité, qu'il continue d'être lu par qui le souhaite : il restera donc en ligne.

Et maintenant...

Maintenant, après une année intense, et malgré les inconnues de l'avenir, je garde plus que jamais chevillée au corps cette phrase de Ronsard, ce thug de la life :

"Vivez, si m'en croyez, n'attendez à demain : cueillez dès aujourd'hui les roses de la vie."

 animation disney flowers spring alice in wonderland GIF

#Blablaprof 

Sophie Epissétou


Dévoiler mon identité ?

Dès le début du blog, j'ai choisi de préserver farouchement mon anonymat, pour au moins deux raisons :
- conserver une part d'intimité personnelle et familiale
- préserver aussi, par là même, l'anonymat de mes zapprenants, de leurs parents, de mes collègues, de ma hiérarchie, de mes professeurs d'Espé... bref de mes interlocuteurs du quotidien, pour m'exprimer librement sans risquer de leur porter préjudice d'une quelconque façon

Mais dans le même temps, et ça je ne l'avais pas vu venir, j'ai reçu des montagnes de messages privés et de mails de lecteurs du blog et/ou de la page Facebook qui, pour des raisons diverses z'et variées, trouvaient dans mes écrits un écho à leur propre vie et me racontaient des choses très personnelles.

J'ai essayé de répondre aussi vite que je pouvais à chacun de ces messages (je m'excuse si j'ai encore un peu de retard dans les réponses aux mails d'ailleurs !) avec toujours une forme de culpabilité de ne pas pouvoir répondre aux questions portant par exemple sur mon académie, mon école, mon âge, mon métier antérieur...

Afin de compenser cette faroucherie, et pour vous remercier de toute la confiance que vous m'avez témoignée, je vous propose donc en cette toute fin de blog de partager avec vous

12 INFOS PAS DU TOUT FASCINANTES (mais vraies !) 




  • Je soutiendrai mordicus jusqu'à la fin de ma vie que la voix de Tamatoa dans Vaiana, particulièrement quand il chante "Bling-Bling", est d'une sensualité hors normes.

  • Mes amis disent que je suis têtue mais ils se trompent. Et je suis prête à le leur dire à chaque fois qu'on se verra s'il le faut : ils finiront pas comprendre que j'ai raison. 

  • Pour pallier la difficulté que j'éprouve à me souvenir de mon âge à l'état-civil, qui a la fâcheuse manie de changer tout le temps, j'ai décidé que j'avais 7 ans 3/4 ad vitam aeternam (ou 21 ans quand ça m'arrange d'être adulte - par exemple pour pouvoir boire de l'alcool).

films film film colin firth Orgueil et préjugés GIF
  • Beaucoup l'ignorent mais le léger sourire et la lueur dans le regard de Colin Firth dans cette scène d'"Orgueil et Préjugés" me sont destinés - et non pas à Elizabeth Bennett comme on le pense trop souvent : il le sait, je le sais, ça me suffit.

  • Je me suis déjà bavée dessus, littéralement je veux dire, en humant l'odeur d'oignons et de pommes de terre rissolant amoureusement de concert dans une poêle...


  • Quand j'avais 4 ans, j'avais appelé ma bouée de plage "Jacques Chirac" (et non cette information n'est en rien contradictoire avec mon obligation de neutralité politique).

  • Mon acuité visuelle est de 20/10 et 18/10. Donc j'aurais pu être pilote de chasse sans souci. Enfin si j'avais eu "une condition physique parfaite"... Un détail !

  • Par la magie d'un gène récessif, je ne peux pas toucher le bout de mon nez avec ma langue : mon mari et mes enfants adoooorent me narguer avec cette capacité qu'ils ont et que je n'aurai jamais. Pfff...

Résultat de recherche d'images pour "wwf"
  • J'ai écrit ici que j'ai toujours voulu enseigner étant enfant mais en vrai, ma toute toute première vocation était d'être "veuveufeu" (ce qui, quand j'avais 4-5 ans, signifiait que je voulais travailler pour le WWF).

  • La seule heure de colle de toute ma scolarité a été pour avoir renversé un broc d'eau (ouais une carafe quoi) sur la tête d'un copain à la cantine. Mais je vous jure c'est lui qui avait commencé à m'embêter (coucou Pierre si tu passes par là) !

  • Quand je commence, je ne sais pas m'arrêter de manger des framboises... (une maman d'élève m'a d'ailleurs offert près d'un kilo de framboises fraiches en cadeau "clin d'oeil" à la fin de l'année : j'étais juste éperdue de bonheur !)

#BlablaProf

Une année... en 12 posts facebook

Toujours dans l'idée de faire un bilan de cette année de stage, je me suis lancée dans une entreprise aussi titanesque que débilissime : relire l'entièreté des posts que j'ai écrit sur la page Facebook du blog. Je ne sais pas combien il y en avait en tout mais... au moins plusieurs centaines...

Bref, j'ai remonté tous les posts de la page, mois par mois. ça a été (crès) long mais je ne regrette pas car j'ai beaucoup souri en relisant tout ça. J'ai retrouvé des tranches de vie vécues cette année, j'ai pris conscience de ce que cette année avait bouleversé dans ma conception du métier d'enseignant, et à l'inverse ce qu'elle avait enraciné durablement.
C'était bon de relire à froid tous ces posts écrits (crès) à chaud, que ce soit au fond d'une salle de cours de l'Espé, dans ma classe juste après le départ de mes élèves, ou en repoussant le moment de lancer les douches de mes enfants.

...et je me suis dit qu'aussi subjectifs soient-ils, ces posts mis bout à bout racontaient tout autant mon année de stagiaire que ce blog. Je ne pouvais pas les republier tous ici (et soyons clairs, l'immense majorité n'a aucun intérêt) mais j'en ai choisi un par mois, de septembre à juillet (et un en plus passque sinon ça faisait pas 12 :-)).
Ce ne sont pas forcément les plus "likés" ou commentés, mais ce sont ceux qui, ainsi assemblés, me semblent les plus représentatifs de mon vécu de bébéprof.

Voici donc

UNE ANNEE ...EN 12 POSTS FACEBOOK

Résultat de recherche d'images pour "like facebook"


19 septembre 2016 - 16h26


Première journée à l'Espé.Je cherche un mot politiquement correct... Allez on va dire que je suis "dubitative"...
#BlablaSoupir

[Putain... "dubitative"... je ne sais pas si j'étais encore inconsciemment pleine d'espoir ou juste très polie. Mais "dubitative"... ouais ouais ouais...]

Une année ...en 12 applis sur téléphone

Ce n'est pas que je sois accro à mon téléphone... c'est juste que j'ai du mal à m'en éloigner trop longtemps et qu'il a été lui aussi impacté par mes débuts de bébéprof. 
D'où l'envie de raconter :

MON ANNEE DE STAGE EN 12 APPLICATIONS SUR TELEPHONE

(classées par ordre alphabétique pass'que je suis une presque-fonctionnaire respectueuse de son devoir de neutralité commerciale ;-))




Résultat de recherche d'images pour "argent"Banque

...pour checker le versement du traitement en fin de mois et regarder le découvert se creuser à chaque achat réalisé sur mes deniers pour la classe.
Promis l'an prochain je serai plus raisonnable...

une année... en 12 nombres

Pour continuer de façon plus synthétique la série des articles de fin d'année, c'est après de savants calculs et un décompte soigneux que je vous propose ci-après :

MON ANNEE DE STAGE EN 12 NOMBRES

(classés par ordre décroissant en mémoire de tous les profs que j'ai eu et qui rendaient les copies de la note la plus haute à la note la plus basse)


Une année ...en 12 mots

...Fin d'année de stage et comme l'envie d'essayer d'en garder la substantifique moelle et d'en faire non pas un résumé mais un aperçu significatif en quelques mots. 

Voici donc :

MON ANNEE DE STAGE EN 12 MOTS



Bienveillance (nf.)

Arf... La bienveillance... Incontestablement le mot que j'ai le plus lu et entendu cette année : à l'Espé, par mes tuteurs, dans les documents officiels, par mes collègues, dans mes lectures professionnelles, sur les réseaux sociaux...

De quoi en avoir littéralement la nausée : pas de la bienveillance en tant que telle, entendons-nous bien, mais de l'usage inconsidéré - et souvent dévoyé - qui est fait de ce mot.

Pour tout vous dire, il y a quelques semaines j'avais commencé à écrire un article sur ce sujet... mais rien que d'écrire ce mot était devenu rebutant, ce qui est symptomatique de l'overdose. 
Et en plus, j'ai réalisé que foncièrement je ne ferais qu'une redite (en moins bien) d'un article écrit par Paul Devin sur le sujet tant j'en partage les idées. 

Vlog’en classe verte : les premières aventures

Ce départ en classe-découverte, je l’attendais depuis des mois, je me l’étais imaginé, encore et encore, mais finalement dès le tout début la réalité s’est imposée à moi : il n’est tout simplement pas possible d’imaginer ce qui peut se passer dans ces séjours, tant ils sont faits de petites aventures du quotidien.

Voici donc en quelques mots :

MA PREMIERE JOURNEE DE CLASSE DECOUVERTE

 car summer trip driving drive GIF

Les cadeaux de fin d'année

COMMENT BIEN CHOISIR UN CADEAU DE FIN D'ANNEE

POUR UN GLANDEUR PROF ?


- Bonjour Djy !
- Bonjour Sophie [c’est officiellement l’intro la plus pourrie qu’on aurait pû trouver, on se croirait dans un téléshopping]
- Je sais Djy, je me suis adaptée :
  1. à ton niveau intellectuel
  2. au niveau des cadeaux que nous recevons en général en tant qu'enseignants (ouais j’ai une grooooosse expérience du haut de mes 9 mois d’ancienneté mais tu peux pas comprendre, toi les parents de ta classe ne t’aiment pas - et on les comprend - donc forcément bah t’as pas de cadeau)
- T’es de mauvaise foi, l’autre jour j’ai eu un cadeau de la part d’un élève ! Un nounours en guimauve au chocolat blanc : “tiens maiiiiitre, je te le donne, je ne les aime pas ceux-là”
- Ouais alors que moi, tu vois, j’ai une élève qui pendant un  mois m’a apporté tous les jours un petit chocolat qu’elle gardait soigneusement de son calendrier de l’Avent “parce que Maitresse je sais que tu souris quand tu les manges”
- Et elle souriait encore plus la gamine en imaginant tout le trajet du chocolat : du calendrier à la poche pleine de mouchoirs emplis de morve, en passant par ses aisselles et la langue de son chien...
- Tu sais que :
  1. t’es con
  2. on est en train de faire un hors-sujet ?
- …. 3) : c’est quoi ton délire avec les listes ? Et puis c’est toi qui a commencé à me dire que j’étais mal aimé. De plus, si tu veux réellement faire des listes et parler de cadeaux, bah faisons des listes de cadeaux d’élèves ! (On m’appelle aussi “Jean-Michel Transition” dans le métier)
- Ok, alors faisons une liste (moi, on m’appelle Eglantine-pas-contrariante) : je te propose de faire oeuvre de salubrité publique et, avec bienveillance EVIDEMMENT, d’aider les parents à choisir les cadeaux de fin d’année qu’ils pourraient offrir aux enseignants de leurs enfants. Parce que OUI C’EST OBLIGATOIRE [message subliminal aux parents de nos classes] mais en distinguant deux types d'options :
  1. option “merci pour tout vous êtes un être de lumière, on ne vous oubliera jamais”
  2. option “vous pouvez allez vous faire voir vous avez détruit la vie de mon enfant cette année, il finira psychopathe et tuera des hamsters dans les Yvelines par votre faute dans les années à venir. Ou pire : il finira pédagogue.”


Les parents des zapprenants

Depuis la rentrée de septembre, tous les matins où je suis en classe, la journée commence vraiment avec l'arrivée de mes zapprenants de petite taille et, sauf pour ceux déposés à l'accueil du matin, ils sont généralement accompagnés d'un de leurs géniteurs.

Et, bien que je ne rencontre aucun souci relationnel avec eux, loin de là, je ne peux m'empêcher à chaque fois de sourire intérieurement en obervant à quel point, en quelques secondes, on a déjà un aperçu de leur personnalité et de leur mode de vie.


Parmi les parents de ma classe, il y a cette maman qui se montre avenante et souriante en toutes circonstances...


 bébé GIF asiatique